Budget, communes recherchées, durée du prêt … : Quel est le profil des nouveaux emprunteurs franciliens ?

Une étude du Crédit Agricole d’Ile-de-France dévoile les dernières tendances du marché immobilier francilien comme l’attractivité particulièrement forte des Hauts-de-Seine, qui accueille désormais 1 projet sur 5 en Île-de-France. Tous les détails …

Paris

© adobestock

 0
Temps de lecture estimé : 3 min

Basée sur 7 150 prêts immobiliers réalisés au premier semestre 2022 par le Crédit Agricole d’Ile-de-France, une étude pour le site Où-acheter-idf.fr met en lumière, dans sa 7e édition le profil des nouveaux emprunteurs franciliens, le budget alloué à leurs projets immobiliers, les communes les plus prisées ou encore la durée moyenne d’un prêt. Alors qui sont-ils et que recherchent-ils ?

Quels sont les départements les plus recherchés ?

Les Hauts-de-Seine (92) se situe en tête des 3 départements les plus prisés en Île-de-France avec 20% des projets. 3 communes se démarquent. En tête du classement, Boulogne-Billancourt qui détient 8,5% des projets réalisés dans le département venant détrôner Rueil-Malmaison qui se positionne en 2e place du classement. Colombes conserve sa 3e place et continue de conquérir le cœur des emprunteurs.

Paris (75), elle, concentre 16,4% des projets immobiliers, avec une légère augmentation de 7,3% du montant moyen du projet et de 3,6% pour le montant moyen du prêt par rapport au 1er semestre 2021. Le 18e arrondissement se place en première position avec 11,6% des projets du département. Le 15e arrondissement et le 11e arrondissement viennent se placer respectivement à la 2e et 3e place.

L’Essonne (91) concentre 15,3% des projets immobiliers, avec une légère augmentation de 6,55% du montant moyen du prêt et de 6% du montant moyen du projet par rapport au 1er semestre 2021. Massy (4,7% des projets réalisés dans le département) est en 1ère position devant Evry-Courcouronnes et Palaiseau.

Quelles sont les 3 communes les plus prisées en Île-de-France ?

Le 18e arrondissement, le 15e arrondissement et Boulogne-Billancourt.

De moins en moins de primo-accédants à Paris

Pour les primo-accédants (premier achat), les Hauts-de-Seine devient le département le plus attractif devant Paris alors que l’Essonne passe de la 1ère à la 3e position.

Ils sont âgés en moyenne de 34 ans et empruntent 312 065 € (11% de plus comparé au premier semestre 2021) sur une durée de 270 mois. Côté montant moyen du projet alloué, la dynamique se poursuit et atteint 411 425 € soit une augmentation de 13,4% sur la même période.

Ils sont de moins en moins nombreux et deviennent minoritaires, ils représentent désormais près de 48% des emprunteurs. Ils achètent principalement dans l’ancien. Seulement 8% d’entre eux font le pari d’investir dans Paris intra-muros, chiffre qui continuent de baisser depuis plusieurs semestres.

Les secundos-accédants sont de plus en plus nombreux en Grande Couronne

Les secundo-accédants (achat-revente) nourrissent des projets de plus en plus importants, notamment en Grande Couronne.

Ils sont âgés en moyenne de 40 ans et empruntent en moyenne 597 776 € (+9,5%) sur 193 mois. L’accélération du montant moyen du projet constatée sur les derniers semestres reste toujours aussi forte avec une hausse de 11,1% soit un passage à 794 565 €.

Ils sont 48,5% à opter pour l’acquisition d’une maison, un chiffre qui baisse légèrement par rapport à l’année précédente. Ils recherchent majoritairement des communes où il fait bon vivre, tout en restant connectés à Paris et sa proche banlieue. Les principaux critères d’attraction sont la présence de moyens de transport, les espaces verts, la qualité des établissements scolaires et le niveau de sécurité locale.