Taxe foncière Paris : « Inciter les propriétaires à engager des travaux pour échapper à la hausse sera sans effets», Robin Soulier

En 2023, la taxe foncière augmentera fortement à Paris. Pour y échapper, pas d’autre solution que d’engager des travaux de rénovation énergétique. Une drôle de contrepartie analysée par Robin Soulier.

Robin Soulier

© DR.Immo City

Robin Soulier, Directeur Associé d’Immo City

 0
Temps de lecture estimé : 4 min

L’augmentation de 50% du montant de la taxe foncière pour 2023 à Paris crée des remous… Vous êtes propriétaire ? Comment y échapper ? Et quel impact sur le marché immobilier ? L’analyse de Robin Soulier, Directeur Associé d’Immo City, administrateur de biens indépendant à Paris et en Île-de-France.

Mysweet’immo : La mairie de Paris en veut-elle aux propriétaires parisiens ?

Robin Soulier : La Mairie de Paris a annoncé une augmentation de 50 % de la taxe foncière pour les propriétaires parisiens, soit une hausse de 7 points du taux d’imposition qui passera de 13,5% à 20,5% en 2023. Encore une mauvaise nouvelle pour les propriétaires parisiens déjà frappés par l’inflation, néanmoins, il faut rappeler que le taux moyen de la taxe foncière est de 40 % dans les grandes villes. Même avec cette forte augmentation, la ville de Paris reste en dessous de 50 % de la moyenne des grandes villes française. La capitale allait être obligée d’opérer ce rattrapage un jour ou l’autre pour
s’aligner avec les autres. La Maire de Paris a besoin de moyens pour préserver sa politique en termes de service public et d’investissement pour la transition écologique.

Mysweet’immo : Comment échapper à la hausse de la taxe foncière ?

Robin Soulier : Le conseil de Paris vient d’annoncer que les propriétaires qui auront investi dans la rénovation thermique de leur appartement “dans les conditions légales” entre 2020 et 2026 seront exonérés à « 100 % du paiement de la taxe foncière ». Les plus de 75 ans avec une petite retraite échapperont eux aussi à la hausse de la taxe foncière. Pour échapper à la hausse, pas d’autre choix que de se lancer dans des travaux. Ou de vendre …

Mysweet’immo : Cette mesure pourrait-elle avoir un impact sur le marché immobilier ?

Robin Soulier : Quand on connaît les prix de l’immobilier à Paris : + 10 000 euros le m², vendre pour échapper à une hausse quelques centaines d’euros de taxe foncière n’a guère de sens. Je ne pense pas que les propriétaires vont faire ce choix.

Le vrai problème c’est le coût des travaux pour engager une rénovation énergétique. Cela vaut-il réellement le coup d’engager 30 000 euros de travaux pour échapper à 300 euros ou 500 euros de taxe foncière ? Très clairement non ! Les propriétaires n’ont d’autre choix que de supporter la hausse. Ils sont pris en étau entre l’inflation et la hausse de la taxe foncière. Un allègement fiscal aussi faible n’est pas l’élément qui favorise la prise de décision pour se lancer dans des travaux de cette importance.

Mysweet’immo : Quel impact sur le marché de la location ?

Robin Soulier : Les propriétaires bailleurs sont, pour beaucoup d’entre eux, déjà confrontés au problème de la rénovation énergétique. La réforme sur le DPE les oblige à faire des travaux de rénovation énergétique s’ils ont un mauvais DPE et s’ils veulent continuer à louer. Beaucoup donc s’inquiètent de savoir comment conserver leur bien à la location. D’un point de vue faisabilité, entre le coût et la disponibilité des entreprises, respecter le calendrier de mise aux normes pour continuer à louer son bien est très compliqué pour les propriétaires. Beaucoup d’entre eux retirent leur bien de la location et attendent des jours meilleurs. Pensant que les contraintes imposées en termes de délais ne tiendront pas, trop violentes, trop rapides ils jouent la montre et attendent des aménagements.

Quant aux acheteurs, c’est un coup dur pour eux, confrontés à une hausse continue des taux, ils achètent moins grand (ils perdent des m²) et leur future taxe foncière sera encore plus élevée. Anne Hidalgo n’a pas vraiment compliqué la tâche des acquéreurs mais c’est une taxe supplémentaire dans un climat déjà anxiogène et un contexte difficile. Ca commence à faire beaucoup …