Crise sanitaire : 1 vendeur sur 2 pense que les prix vont baisser dans les 6 prochains mois

baisse des prix

Selon une étude réalisée récemment par SeLoger , la crise du coronavirus n’a pas impacté le moral des ceux qui ont un projet de vente d’un bien immobilier dans les 12 prochains mois. Décryptage.

« Même si les ventes immobilières ont été quasiment stoppées depuis plus d’un mois, le moral des vendeurs reste solide. Tous nos indicateurs montrent que les projets de vente ont été – pour l’instant – très largement différés (84%) mais nullement abandonnés (2% seulement). D’ailleurs la crainte d’une baisse des prix dans les prochains mois gagne 1 vendeur sur 2. Cela stimule d’autant plus les vendeurs qui souhaitent relancer leur projet au plus vite, dès le déconfinement. 73% se disent même confiants concernant l’aboutissement de leur projet de vente dans les prochains mois.

Autre indication, le nombre de Français réalisant une estimation en ligne du prix de leur bien immobilier sur le site SeLoger a enregistré un volume record en mars dernier. « Cela semble confirmer que la crise du Covid-19 n’a pour l’instant pas affecté le moral des futurs vendeurs. Elle a même parfois stimulé certains propriétaires à la recherche d’un nouveau cadre de vie comme l’a montré la forte croissance des recherches de maison avec jardin sur SeLoger ces dernières semaines», analyse Olivier Le Gallo, Directeur Marketing Groupe et Porte-Parole chez SeLoger.

Des ventes en suspens mais des vendeurs encore plus confiants qu’avant le confinement

Il ressort de l’étude SeLoger qu’en début de confinement l’impact du coronavirus sur les projets des vendeurs est réel. Mais il se limite, d’un point de vue opérationnel, à des retards dans les démarches pour la plupart des cas.

Ainsi :

  • 93% des vendeurs déclarent que le coronavirus a un impact sur leur projet (vs 86% pour les futurs acquéreurs). Mais ils ne sont que 2% à l’abandonner.
  • 1 vendeur sur 2 estime subir un retard dans les démarches (49% – soit 10 points de plus que chez les futurs acquéreurs – 39%).
  • 73% des vendeurs se disent confiants dans l’aboutissement de leur projet (soit 9 points de plus qu’en février, avant le confinement)

Ressenti sur l’évolution des prix :  1 vendeur sur 2 pense que les prix vont baisser

Au-delà des freins logistiques liés au confinement, c’est sur la psychologie des vendeurs que l’impact est le plus brutal. Ils craignent désormais une baisse des prix et une augmentation des volumes de biens à la vente.

  • 1 vendeur sur 2 pense que les prix vont baisser dans les 6 prochains mois (alors qu’ils n’étaient qu’1 sur 10 à partager ce sentiment en février dernier, avant le confinement). Une baisse qu’ils imaginent plutôt progressive de l’ordre de 5% à 10%. A noter que 38% parient sur une stabilité des prix et 10% sur une hausse de prix dans les 6 prochains mois.
  • 45% des vendeurs pensent qu’il y aura plus de biens en vente sur le marché dans les 6 prochains mois. (24% estiment qu’il y aura autant de biens / 22% moins de biens et 9% ne se prononcent pas).

6 vendeurs sur 10 ont également un projet d’achat en parallèle. Deux projets qu’ils envisagent de mener à bien de manière simultanée pour la plupart

Parmi les vendeurs interrogés par SeLoger, 62% ont un projet d’achat en parallèle de leur vente en cours. A cet égard, depuis la crise du coronavirus, 48% envisagent de réaliser les deux opérations en simultané selon les opportunités. 25% s’attendent à signer un compromis de vente avant de chercher à acheter et 13% aspirent à signer un compromis d’achat avant de chercher à vendre.

Seulement 8% des acquéreurs-revendeurs s’imaginent réaliser la vente et finalement rester locataire en attendant une meilleure visibilité du marché pour acheter.

Le confinement ne change pas leurs intentions face à la négociation : 93% des vendeurs sont disposés à négocier

Pour compléter cette analyse, l’étude révèle que 93% des vendeurs se disent disposés à négocier le prix avec les acheteurs potentiels concernant leur vente en cours. Mais est-ce que cette approche face à la négociation a changé avec le confinement ? Pas du tout. 89% des vendeurs confirment que le confinement n’a pas eu d’impact sur leurs intentions en matière de négociation.

La moitié des projets de vente en suspens reprendront le 11 mai

51% des vendeurs pensent relancer la machine et reprendre le cours de leur projet dès le 11 mai. 6% attendront le mois de juin et 7% prévoient une reprise pendant l’été. 21% attendront la rentrée de septembre. Seulement 14% des projets de vente sont reportés à 2021.

« Si le durcissement des conditions de crédit vient faire obstacle à la reprise du marché immobilier lors du déconfinement, les vendeurs feront leur maximum pour que leur projet aboutisse au plus vite et les professionnels de l’immobilier seront là pour les accompagner au mieux dans leur projet », souligne Olivier Le Gallo, Directeur Marketing et Porte-Parole chez SeLoger.

« Il est trop tôt pour mesurer avec prévision l’impact de la crise sur les prix », Julien Denormandie

Julien Denormandie« Aujourd’hui, il est encore trop tôt pour mesurer avec précision l’impact de la crise du Covid-19 sur le prix de l’immobilier, précise le Ministre de la Cohésion des Territoires et des relations avec les collectivités territoriales, chargé de la ville et du Logement, Julien Denormandie. Pourquoi ? Parce que pendant le confinement, on a enregistré beaucoup moins de transactions immobilières qu’en temps normal. Votre étude est d’ailleurs très intéressante car elle permet de disposer de premières perceptions, de premiers indicateurs. Mais encore une fois, à l’heure où je vous parle, il est encore trop tôt pour déterminer l’impact précis de la crise sanitaire sur le prix de l’immobilier en France. Ce qui est sûr, en revanche, c’est que le rôle du gouvernement et des acteurs de l’immobilier, va être de soutenir cette activité. Il est essentiel de continuer de produire des logements, de rénover et d’aider les Français à investir dans l’immobilier. Après le confinement puis la préparation du déconfinement viendra le temps du rebond. Ce sera aussi le temps des mesures de soutien, mesures sur lesquelles nous travaillons d’ores et déjà car demain, l’immobilier jouera un rôle capital dans le rebond économique et social du pays. En France, plus de 2 millions de personnes travaillent dans ce secteur d’activité. L’immobilier, c’est quelque chose d’essentiel dans notre quotidien. Au moment du rebond, le rôle qu’il jouera sera donc central et j’en serai le garant ! »

Confinement – Psychologie des vendeurs, 10 phrases clés

  • 93% des vendeurs déclarent que le coronavirus a un impact sur leur projet
  • Seulement 2% des vendeurs disent abandonner leur projet de vente suite au confinement.
  • 1 vendeur sur 2 estime subir un retard dans ses démarches suite au confinement
  • 73% des vendeurs expriment leur confiance dans l’aboutissement de leur projet (soit 9 points de plus qu’en février, avant le confinement)
  • 1 vendeur sur 2 pense que les prix vont baisser dans les 6 prochains mois (alors qu’ils n’étaient qu’1 sur 10 à le penser en février dernier, avant le confinement). Une baisse qu’ils imaginent plutôt progressive de l’ordre de 5% à 10%.
  • 6 vendeurs sur 10 ont également un projet d’achat en parallèle de leur projet de vente.
  • 93% des vendeurs se disent disposés à négocier le prix avec les acheteurs potentiels
  • 45% des vendeurs pensent qu’il y aura plus de biens en vente sur le marché dans les 6 prochains mois
  • 51% des vendeurs ayant suspendu leur projet pensent reprendre le cours de leur projet de vente dès le 11 mai.
  • A noter : le nombre de Français réalisant une estimation de la valeur de leur bien sur le site SeLoger a enregistré un record en mars dernier.

Méthodologie de l’étude : Données issues de l’Observatoire du Moral Immobilier, étude en ligne du Groupe SeLoger réalisée le 7 avril 2020 et redressée par Kantar TNS. Base totale répondants : 4565 propriétaires, futurs acquéreurs, vendeurs, bailleurs, investisseurs locatifs et locataires en France. Sont représentées uniquement ici les réponses des 667 personnes ayant un projet de vente dans les 12 prochains mois. Depuis près de 10 ans, l’Observatoire du Moral Immobilier apporte tous les 4 mois un éclairage sur la psychologie des porteurs de projets immobiliers en France.

 

 

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !