Covid-19 et Bail commercial : Pylones lance l’alerte sur l’échec de la médiation des loyers entre bailleurs et commerces en difficulté

Pylones

L’entreprise de Pop Design qui a rouvert progressivement ses boutiques depuis le 11 mai juge très insuffisante les propositions formulées dans la charte de médiation entre bailleurs et commerçants sur la question des loyers.

La PME française de pop design PYLONES a rouvert progressivement ses 85 boutiques en France et en Europe depuis le 11 mai, dont les dernières cette semaine dans les centres commerciaux.

Après presque un mois de reprise, l’enseigne dresse un premier bilan en demi-teinte, avec un retour de la clientèle en boutique très disparate selon les villes et un chiffre d’affaires qui ne compensera pas la perte générée pendant le confinement. Dans ce contexte de crise, la question du sort des loyers est depuis le début un sujet prioritaire pour PYLONES. L’entreprise juge très insuffisantes les propositions formulées dans la charte de médiation entre bailleurs et commerçants rendue publique cette semaine et tient à alerter le gouvernement, aux côtés de 15 grandes fédérations du commerce qui refusent de signer cette dernière. Ce sont en effet quelque 50 000 entreprises et 400 000 emplois qui sont directement menacés.

Une reprise extrêmement lente depuis la réouverture de ses boutiques en Europe

Les 85 boutiques physiques de PYLONES situées dans les pays touchés par le COVID-19, dont 45 sont situées en France, ont rouvert progressivement à partir du 11 mai. A partir du 2 juin, les boutiques situées dans les grands centres commerciaux ont également pu rouvrir, à l’exception de celle du Carrousel du Louvre, refermée faute de trafic, le musée du Louvre devant rouvrir début Juillet.

« Le retour des clients en boutique est très variable selon les villes et le trafic a été faible dans les zones touristiques », constate Jacques Guillemet, fondateur et Président de PYLONES. Les clients ont pu commander sur la boutique en ligne y compris pendant le confinement, mais le chiffre d’affaires réalisé depuis la réouverture et le prévisionnel pour la saison été, ainsi que les ventes en ligne, ne permettront pas de compenser la perte générée pendant le confinement. Sur l’ensemble de l’année 2020 PYLONES estime perdre un tiers de son chiffre d’affaires.

Une médiation autour des loyers jugée très insuffisante

Depuis le début de la crise, PYLONES s’est fortement mobilisée pour communiquer avec les bailleurs et les alerter de la gravité de la situation. Les organisations professionnelles comme Procos dont PYLONES est adhérent et de nombreuses fédérations du commerce ont, elles aussi, sollicité la solidarité des bailleurs concernant les loyers des boutiques fermées.

Dans le cadre de la médiation initiée par le Ministre de l’Économie Bruno Le Maire, Jeanne Marie Prost vient de rendre ses conclusions sous la forme d’une charte encadrant les reports et annulations de loyers pendant le confinement et jusqu’au 30 septembre.

« Nous nous joignons aux 15 grandes fédérations du commerce qui refusent de signer cette charte. Nous dénonçons la faiblesse des engagements proposés, limités et déséquilibrés ainsi que l’absence de prise en compte des enjeux réels de la période de fermeture et des risques économiques et sociaux encourus par de très nombreuses entreprises. » indique Jacques Guillemet, fondateur et Président de PYLONES.

« En effet, les conclusions de la médiation protègent étonnamment les bailleurs, notre gouvernement, à l’inverse de beaucoup de pays européens qui prennent des mesures fortes, laisse un pouvoir exorbitant aux bailleurs ce qui pourrait menacer et détruire des entreprises et des emplois dans les mois à venir. Reporter le paiement des loyers comme le proposent de nombreux bailleurs n’est pas une solution, les PGE ne doivent pas servir à payer des loyers de boutiques fermées et fragiliser encore plus l’avenir des entreprises. Les loyers, les salaires, la TVA qu’un commerce de détail est capable de supporter et de payer chaque mois sont les fruits d’un chiffre d’affaire produisant une valeur ajoutée qui ne peut se concrétiser qu’avec la présence des clients dans nos boutiques ».

PYLONES, aux côtés des fédérations et d’autres enseignes, poursuit sa mobilisation pour obtenir l’annulation complète des loyers de la période de confinement ainsi qu’un système de loyers variables et progressifs pour la reprise, une mesure vitale pour la survie de dizaines de milliers d’entreprises.

 

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !