Le dilemme de la Journée du droit de la femme

Femmes
© adobestock

Nous avons beaucoup hésité avant de publier notre sélection de femmes de l’immobilier dont la voix porte en cette Journée de la Femme. On vous explique tout.

Le 8 mars une journée qui ne devrait pas être

Autant le dire d’emblée, cette journée du 8 mars a alimenté pas mal de débats au sein de la rédaction MySweetimmo.com. Devions nous nous aussi célébrer la gent féminine aujourd’hui alors que notre media est souvent présenté comme le «féminin de l’immobilier » ?  Sommes-nous tenus de céder aux sirénes du gender marketing et de la victimisation de bon aloi par les temps qui courent ? Cette question, ce n’est évidemment pas la première fois que nous nous la posons. Elle nous a habitée au moment de la création de notre Prix féminin de l’immobilier, puis de notre Proptech Sweet Ladies Award.

A chaque fois, nous avons hésité, puis nous avons fini par y aller, portés par l’enthousiasme suscité par notre démarche, auprès notamment auprès de jeunes vivant leur féminité comme un frein à la carrière et à l’entrepreneuriat. Autant le reconnaître, j’ai été la première surprise par le succès de notre Prix Féminin de l’immobilier et de notre Proptech Sweet Ladies Award. Pour ma génération de femmes ayant fait un minimum d’études en tout cas, la question ne se posait plus. Les jeunes diplômées et les juniors, nous ont renvoyé, elles, une réalité bien différente…

11 femmes de l’immo dont la voix portent

MySweetimmo.com n’est pas un rendez-vous de #metoo, mais un media d’actualités voué à porter un regard à 360° sur l’immobilier. La richesse de notre regard c’est de ne pas limiter pas la maison à une équation financière ou patrimoniale. Ce regard multidimensionnel, dit féminin, n’est pas l’apanage des femmes. Ce regard sensible peut -fort heureusement ! , être posé par les hommes.

Reste que le secteur de l’immobilier qui compte nombre de petites structures ou de sociétés familiales ne brille ni par la place laissée aux femmes, ni par sa vision de la parité. Bien sûr, on le sait tous, elles sont très nombreuses depuis la nuit de temps à tirer les ficelles dans l’ombre, mais les femmes décisionnaires de 1er plan et qui l’assument sont encore suffisamment rares pour être mises en lumière. Pas dans un esprit anti-hommes primaires entendons nous, mais pour inspirer celles en mal de repères.

Aussi avons-nous décidé finalement de vous présenter notre galerie de femmes qui comptent dans l’immobilier. Certaines ont accepté de nous rencontrer. D’autres pas, freinées sans doute par une perception erronée les cantonnant à une dimension genrée de leur métier. Nous les comprenons, ce n’est que partie remise.

Home, sweet home

Cela ne nous a pas empêché de vous proposer notre sélection forcément arbitraire et incomplète de 11 femmes de l’immo puissantes, comme dirait Léa Salamé. L’actuelle Ministre du Logement, Emmanuelle Wargon figure évidemment dans notre galerie de portraits tout comme Véronique Bédague, directrice générale du géant de la promotion immobilière Nexity et ex-boss du président de Century 21, Laurent Vimont. Christine Leconte, présidente de l’ordre des architectes ou encore Caroline de Gantes, présidente de SeLoger font également partie de la sélection. La Proptech y est représentée par l’incontournable Jeanne Massa et la prometteuse Coline Sinquin qui a d’ailleurs remporté le 1er Proptech Sweet Ladies Award). Le luxe y est incarné par Vanda Demeure (Coldwell Banker Europa Realty). Difficile de ne pas évoquer non plus Pauline Duval (groupe Duval), Danièle Dubrac, la président de l’UNIS ou encore Christine Fumagalli même si elle a quitté la présidence d’ORPI au 1er janvier.

Et impossible encore de ne pas mettre à l’honneur la persévérance d’Isabelle Larochette (coup de cœur du Jury Proptech Sweet Ladies Award). En 7 ans, grâce à sa fondation I Loge You pour le mieux logement elle a pu donner aux professionnels de l’immobilier l’occasion de montrer qu’ils avaient du cœur. Bravo ! Tragédie ukrainienne oblige, elle vient de lancer une collecte I loge Ukraine pour venir en aide aux réfugiés. Si l’invasion de l’Ukraine par la Russie de Poutine et les bombardements se poursuivent, les autorités tablent sur 5 millions d’exilés en Europe. Des déracinés en mal de sweet home. Tout comme les populations arméniennes déplacées dernièrement pendant la guerre des 44 jours du Haut Karabagh, chassées de leur terre ancestrale par les drones dévastateurs, les armes non conventionnelles ou les bombes au phosphore blanc pulvérisant les civils. Je vous avais prévenus, la spécificité du regard féminin, c’est de ne pas être exactement là où on l’attend, et la richesse de l’immobilier c’est de ne pas se cantonner uniquement à la l’aspect patrimonial de la pierre.

Voir les commentaires
Je soutiens MySweet'Immo