Prix immobilier : Bien’Ici observe un recul de 25% pour les annonces de passoires thermiques (DPE G)

Le durcissement de la location des passoires thermiques se traduit d’ores et déjà par un afflux de biens étiquetés F ou G sur le marché. L’analyse du portail d’annonces immobilières Bien’ici.

Immeuble Ancien Paris

© adobestock

Temps de lecture estimé : 2 min

Le durcissement de la location pour les passoires thermiques va entrer en vigueur progressivement dans les mois qui viennent. Dès le 25 août, les logements en DPE F ou G verront leurs loyers gelés . Et à partir du 1er janvier 2023 : les logements notés G ne seront plus autorisés à la location. Dans ce contexte, de plus en plus de propriétaires mettent leur biens sur le marché. Ce qu’il faut retenir des chiffres de l’Observatoire Bien’Ici.

2 fois plus de passoires énergétiques à la vente qu’en 2021

Les logements notés F ou G représentent 12% des annonces de transactions sur Bien’ici, une part deux fois plus importante qu’en 2021. Bien’ici constate un bond de 2 à 4% des logements dits « G » et de 5 à 8% pour les « F ».

11% des locations référencées sur Bien’ici sont des logements aux DPE F et G, des chiffres stables depuis 1 an.

A Paris, 1 annonce sur sur 4 dispose d’un DPE F ou G

Si la moyenne nationale demeure stable, les logements à louer avec un DPE F ou G représentent 1⁄4 de l’offre locative parisienne.

10% des biens y sont classés G et ne pourraient plus être loués si la loi était appliquée dès aujourd’hui. Une part qui n’a pas évolué depuis 2021.

Pour les biens à vendre, la présence de ces biens sur le marché a doublé en 1 an, pour atteindre 25% de l’offre présente sur Bien’ici.

Un mauvais DPE pénalise plus les vendeurs que les bailleurs

La pression générée par la pénurie de biens est si importante que le critère DPE ne joue pas un rôle clé sur la décision de louer. La règle du « 1er arrivé, 1er servi » continue à s’appliquer tant que le candidat répond aux critères de revenus.

Bien’ici observe en revanche un léger effet sur les contacts : plus la note du DPE est élevée sur une annonce, plus le volume de demandes la concernant baisse !

L’impact du DPE et de la note énergétique touche de plein fouet les biens à la vente. En France, le prix au mètre carré des logements G a diminué d’environ 25% depuis juin 2021, même à Paris sur les T1.

Les données ci-dessus émanent de l’Observatoire Bien’Ici.
Voir les commentaires
Je soutiens MySweet'Immo