Paris Fibre

Le marché immobilier est porté par l’enthousiasme des millennials !

40% des acquéreurs immobiliers sont des millennials. En quoi sont-ils différents des autres acheteurs ? Logic-Immo.com a mené l’enquête …

La 24ème vague de l’Observatoire du Moral Immobilier fait état d’un fort enthousiasme de la part des futurs acquéreurs. Une analyse fine permet de mettre en évidence la place des acquéreurs de la génération millennials (soit les acquéreurs de moins de 35 ans) dans cette dynamique de marché. En effet, 40% des acquéreurs immobiliers sont des millennials. En quoi sont-ils différents des autres générations d’acheteurs ? Quelle est leur perception du marché ? Leur comportement d’achat ? A quoi ressemble leur projet immobilier ?

Les Millennials sont optimistes

Réalisée sur un panel de plus de 1 200 futurs acquéreurs, ayant un projet d’achat dans l’année, l’étude publiée par le portail d’annonces immobilières Logic-Immo.com apporte un éclairage sur le sujet. « Les millennials expriment un optimisme plus marqué que les autres générations d’acquéreurs immobiliers, synthétise Stéphanie Pécault, Responsable des Etudes chez Logic-Immo.com. C’est une population lucide et optimiste, qui s’attache à maîtriser son pouvoir achat immobilier avant de se lancer. Technophiles, ils privilégient une recherche à distance via mobile mais n’écartent pas pour autant l’accompagnement des professionnels de l’immobilier qui leur semble toujours indispensable.»

Niveau record de 3,5 millions d’intentions d’achat

L’année 2018 commence par un niveau record d’intentions d’achat avec 3,5 millions d’acheteurs, soit 500 000 candidats à l’accession immobilière de plus qu’il y a un an. Le nombre de vendeurs reste, quant à lui, stable à 2 millions d’intentionnistes. Ces chiffres mettent en évidence que la demande en forte progression entraîne un déséquilibre croissant entre l’offre et la demande. « Nous retrouvons ainsi un ratio proche de 2 acheteurs pour un vendeur. Pourtant, le spectre d’une remontée des prix n’est envisagé que par un bon tiers des candidats à l’accession immobilière tandis que 54% s’attendent plutôt à une stabilisation», remarque Stéphanie Pécault. La hausse des prix est donc une hypothèse envisagée mais pas généralisée dans la perception des acheteurs immobiliers. Par ailleurs, ce déséquilibre n’affecte pas l’optimisme des acquéreurs immobiliers : 75% pensent que c’est encore le moment d’acheter (à noter qu’ils étaient 79% un an plus tôt).

Les millennials sont conscients de l’attractivité des taux

78% des futurs acquéreurs interrogés par Logic-Immo.com s’accordent sur le fait que les taux sont attractifs.

Les millennials bénéficient d’une amélioration de leur situation financière

D’autre part, et c’est une première en 8 ans d’études de l’Observatoire du Moral Immobilier, 29% des acquéreurs constatent une amélioration de leur situation financière au cours des 6 derniers mois. Même si elle demeure minoritaire, une part croissante des acquéreurs immobiliers exprime une évolution positive de leurs revenus, mais également un ressenti enthousiaste face à l’évolution des perspectives économiques futures. En effet, 21% des candidats à l’achat immobilier pensent que le niveau de vie en France va dans l’ensemble s’améliorer (alors qu’ils n’étaient que 9% un an plus tôt). Les acquéreurs n’ont jamais été aussi nombreux à prévoir une embellie du contexte économique.

« Le moral des acquéreurs est au beau fixe. 2018 s’annonce comme une très bonne année pour le marché immobilier, porté par des taux bas et un contexte économique perçu comme plus favorable par les candidats à l’accession, constate Stéphanie Pécault. Mais en regardant dans le détail, il s’avère que l’optimisme est surtout porté par les acquéreurs de moins de 35 ans, ce que l’on appelle, la génération Millennials.»

Génération millennials : une perception du marché plus enthousiaste que les autres générations

Les millennials, également appelés génération Y, regroupent l’ensemble des personnes nées entre 1980 et l’an 2000.  Perçus comme ayant des caractéristiques sociologiques et comportementales propres, ils représentent désormais 40% des futurs acheteurs immobiliers en France.

L’étude de l’Observatoire du Moral Immobilier révèle que cette génération exprime un optimiste plus marqué que les autres générations d’acquéreurs immobiliers. 88% des porteurs d’un projet d’achat de moins de 35 ans pensent que c’est le moment d’acheter alors qu’ils ne sont que 67% pour les autres générations. Principale cause de cet excès d’optimisme : leur situation financière passée. En effet, 40% constatent une embellie de leur situation contre 21% pour les autres générations.  Même si 95% des millennials ont recours à l’emprunt et que les taux d’intérêt sont leur deuxième motivation à l’achat, ils ne sont pas aussi convaincus que les autres générations par le niveau des taux. Ainsi, 73% des millennials pensent que les taux sont attractifs, alors qu’ils sont 81% à partager ce ressenti chez les autres populations d’acquéreurs immobiliers.

65% des millennials pensent que leur chemin vers l’accession est tortueux

Est-ce que les millennials pensent qu’il leur est plus difficile d’accéder à la propriété par rapport à ce qu’a pu connaître les autres générations ? Cette analyse de la psychologie de l’achat chez les millennials fait état d’un un ressenti spécifique combinant enthousiasme et exigences particulières. Dans ce contexte, est-ce que les millennials pensent qu’il leur est plus difficile d’accéder à la propriété par rapport à ce qu’ont pu connaître les autres générations ?

Que ce soit les millennials ou les autres générations, l’ensemble des acquéreurs s’accordent pour répondre par l’affirmative. « 65% des moins de 35 ans pensent que le chemin vers l’accession est plus tortueux pour leur génération et 63% des autres générations d’acheteurs partagent ce ressenti, détaille Stéphanie Pécault. Cette perception est le fruit du fossé croissant entre les prix immobiliers et les revenus ainsi qu’une précarisation du marché du travail associé à celle des salaires.»

51% des millennials envisagent de vivre en appartement, 43% en périphérie

S’agissant de la nature du bien immobilier, un quart des millennials cherche un bien dans le neuf (ils sont 17% au sein des autres générations d’acquéreurs). Ainsi, le segment des millennials constitue une cible privilégiée pour les promoteurs immobiliers. L’ancien représente tout de même la moitié des projets immobiliers des millennials et 23% sont indécis entre le neuf et l’ancien. Enfin, 51% envisagent de vivre en appartement (le chiffre tombe à 39% pour les autres générations). En termes d’environnement, la demande des millennials n’est pas davantage concentrée en centre-ville que les autres générations. 43% souhaitent vivre en périphérie et 40% en centre-ville. La campagne représente les 17% restants. Pieds et poings liés par leur situation financière, la moitié des millennials considère qu’un bien immobilier reflète la réussite professionnelle de son propriétaire. Ils sont plus nombreux à partager cet avis que les autres générations (41%).

Les millennials face à la gestion de leur pouvoir d’achat immobilier

La contrainte budgétaire plane fortement sur les projets des jeunes acquéreurs immobiliers. Lucides sur cet aspect, 54% des millennials entament leur recherche immobilière par la définition de leur capacité d’emprunt et leur budget. Un élément de divergence avec les autres générations qui commencent leur projet par la détermination du périmètre géographique de leur future acquisition (41%).

Chez les millennials, 85% se lancent dans l’achat de leur résidence principale (78% pour les autres générations) et 11% envisagent un investissement locatif (15% pour les autres populations). 69% des millennials se disent d’ailleurs éligibles au PTZ contre 23% pour les autres générations. Une contrainte qui se ressent également dans leur budget. Plus de la moitié achète un bien en-dessous de 200 000 euros contre 38% chez les autres générations d’acheteurs. Dans un autre registre, même si la contrainte financière est forte, l’idée d’acheter avec des amis sur le principe du co-owning est largement écartée par 90% des millennials interrogés (91% pour les autres générations).

Quelle est leur méthode de recherche immobilière ?

Dans leur recherche immobilière, l’outil de prédilection des millennials est leur téléphone portable pour 77% (ils sont 59% à privilégier cet outil chez les autres populations d’acquéreurs). Les moins de 35 ans sont 41% à consulter des applications mobiles dans le cadre de leur recherche contre 24% pour les autres générations. Mais leur profil technophile ne fait pas l’impasse sur l’humain. Aussi, 77% des millennials font appel aux conseils et avis de leur famille (contre 46% pour les autres générations). 43% consultent également leurs amis (27% pour les autres) dans le cadre de leur projet d’achat. Tout comme pour les autres générations, les moins de 35 ans demandent également avis et conseils aux professionnels immobiliers.

Fortement dépendants de leur crédit immobilier, les millennials ont recours aux banquiers ou gestionnaires de patrimoine (41% versus 24%) en plus des agents immobiliers (58%). A noter que 88% affirment que l’accompagnement d’un professionnel immobilier demeure essentiel pour la concrétisation de leur projet. La preuve que le métier d’agent immobilier a encore toute sa légitimité à l’ère digitale.

© SweetRédaction