publicité
En lecture

Immobilier résidentiel européen : regain d’...

Immobilier résidentiel européen : regain d’activité en France et au Portugal

ERA Europe qui couvre un marché représentant 4,5 millions de transactions scrute les marchés immobiliers européens.

ERA Europe couvre un marché représentant 4,5 millions de transactions chaque année. Les ventes sur ce marché de l’immobilier résidentiel ont crû sur 12 des 14 marchés européens en 2015. La plus forte augmentation a été observée en France (+17%), où le nombre de transactions s’est  rapproché du plus haut niveau jamais atteint. Le Portugal a également affiché un regain d’activité avec plus de 13% de progression des ventes. A l’inverse, la hausse des prix et les difficultés de pouvoir d’achat ont entraîné une baisse de 9% des transactions en Suisse. Les ventes luxembourgeoises ont reculé de 3 % en 2015, après un pic 2014 causé par une augmentation annoncée de la TVA.

Bonne résistance des prix dans les capitales, légère progression au niveau national

Les prix dans les capitales résistent. Ils ont augmenté sauf à Vienne en Autriche (-0,1%). Les villes où il est le plus coûteux de résider, sur la base du prix au mètre carré, sont Berne (10.963 euros /m2) et Paris (8.413 euros). Les écarts de prix peuvent être importants. A Paris, par exemple, dans certains quartiers comme Saint-Germain-des-Prés (6ème), le prix moyen par m2 peut atteindre 16.000 €, soit près du double de la moyenne dans la capitale.

Les prix à Istanbul se sont envolés de 22,95 % et positionnent cette ville comme l’une des métropoles les plus dynamiques d’Europe.

Au niveau national, les prix des logements ont légèrement progressé sur la plupart des marchés. La Suisse continue d’afficher les niveaux les plus élevés en moyenne au m2 tant sur une base nationale (5 985 euros) que dans la capitale (10 963 euros ), contre 8.413 euros dans la capitale française.

Vous voulez allez plus loin  sur le marché Français ? Ecoutez l’interview Toit et Moi de François Gagnon et Eric Allouche sur radio-immo.

Vous voules en savoir plus sur les marchés européens ? Retrouvez l’analyse de dirigeants d’ERA dans Toit et moi sur radio-immo.

Des taux des prêts immobiliers au plus bas

La majorité des pays de l’Union Européenne affiche des taux de crédit immobilier historiquement bas, ce qui continue de dynamiser le marché résidentiel. Le taux moyen des prêts représentatif de l’Union Européenne (UE) se situe en effet à 2,53%, selon la Fédération des prêts européens (EMF). La tendance est clairement orientée à la baisse pour les taux sur presque tous les marchés, à l’exception de la Belgique. Mais ce recul doit être nuancé par la grande diversité des conditions d’un pays à l’autre. Les prêts peuvent être à taux variable ou fixe, avec des échéances courant généralement entre 10 et 20 ans. Le ratio typique de prêt/valeur du bien en Europe est d’environ 80/20%.

Selon l’EMF, les volumes de crédit ont augmenté de 3,6% dans les 28 pays de l’UE en 2015. Les marchés en Belgique, République Tchèque, Allemagne, Pays-Bas et Suède ont tous dépassé les pics de prêts résidentiels de 2007, soit juste avant la crise financière de 2008. Le volume des emprunts dans un certain nombre de pays reste cependant plus de 20% en dessous des sommets d’avant la crise (comme au Portugal par exemple). La hausse la plus importante en matière de nombre de prêts en 2015 a été observée en France avec une progression significative en année glissante de 26,4%.

La majorité des pays de l’Union Européenne affiche des taux de crédit immobilier historiquement bas, ce qui continue de dynamiser le marché résidentiel. Le taux moyen des prêts représentatif de l’Union Européenne (UE) se situe en effet à 2,53%, selon la Fédération des prêts européens  (EMF).

Un environnement économique relativement porteur

Autre facteur de soutien du marché de l’immobilier résidentiel : l’amélioration de l’environnement économique.

Le taux de chômage de la zone euro, de 10,3 % en décembre 2015, est à son plus bas niveau depuis 4 ans. Il recule sur 12 des 14 marchés où ERA est présent. Les chiffres de l’emploi donnent un aperçu de la santé générale de l’économie et font ainsi office d’indicateur de confiance des consommateurs.

© flydragon – Fotolia.com


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *