Immobilier Inde : Les autorités détruisent 2 tours bâties illégalement près de New-Delhi

Les autorités indiennes ont démoli deux tours d’habitation de près de 100 mètres de haut, situées à Noida, près de New Delhi. Les 32 étages d' »Apex » et les 29 de « Ceyane », contenant à eux deux près de 1.000 appartements et n’ont jamais été habités au cours des neuf années de litiges juridiques.

En Inde, 2 tours jumelles construites illégalement viennent d'être détruite par implosion.

© Sajjad HUSSAIN / AFP

Les deux tours construites illégalement se font effondrées en quelques secondes au moyen de quelque 3.500 kg d'explosifs.

 0
Temps de lecture estimé : 4 min

Deux tours résidentielles érigées illégalement dans la banlieue de la capitale indienne, ont été détruites par implosion dimanche dans le cadre d’un ordre de démolition rarissime, donné par la Cour suprême l’an dernier.

Une implosion contrôlée, au moyen de quelque 3.500 kg d’explosifs, doit détruire, en quelques secondes, les « tours jumelles » hautes de  100 mètres, à Noida, dans le sud-est de New Delhi.

Les édifices se sont effondrés en quelques secondes, créant un immense nuage de poussière et de débris. Les implosions contrôlées à l’aide de 3.700 kilogrammes d’explosifs ont constitué la plus grande démolition jamais réalisée en Inde, d’après les médias locaux

Des milliers de riverains, ainsi que des dizaines de chiens errants, avaient été évacués dans les jours précédents par simple précaution par l’équipe chargée de la démolition assurant que toutes les mesures de sécurité ont été prises.

« Il s’agit d’une belle prouesse d’ingénierie« , s’est félicité le chef de l’équipe de démolition, Joe Brinkmann, cité par le quotidien Times of India.

La Cour suprême avait conclu l’an dernier que les structures avaient été construites illégalement en collusion avec les autorités locales.

Elle avait également ordonné au géant du secteur de la construction Supertech, de rembourser tous les acquéreurs d’appartements. Aucun d’entre eux n’avait encore emménagé dans les tours.

Cette démolition est un rare exemple de fermeté des autorités à l’égard de promoteurs véreux.

Alliance sacrilège

Uday Bhan Singh Teotia est l’un des riverains dont les plaintes contre Supertech ont conduit à l’ordre de démolition.

« Le plan initial prévoyait 650 appartements, mais le constructeur a ajouté 1.000 appartements supplémentaires de manière frauduleuse« , a déclaré à l’AFP M. Teotia.

« Les deux nouvelles tours qu’ils ont construites nous privaient de tout, de notre air et de la lumière du soleil. Il ne restait plus aucun espace vert« , a -t-il poursuivi.

« L’ordonnance du tribunal expose l’alliance sacrilège entre les constructeurs et les autorités corrompues« , a-t-il ajouté.

Aucun des responsables de Supertech n’a répondu aux appels de l’AFP.

L’avocat Jayant Bhushan, qui représentait les plaignants dans cette affaire, estime que les constructeurs doivent faire le ménage dans leurs affaires afin de regagner la confiance des potentiels acquéreurs.

« Quand les constructeurs ne suivent pas les règles, ce sont encore et toujours des acquéreurs malchanceux qui finissent par en payer le prix« ,  à l’AFP.

Les classes moyennes tombent dans le panneau, pressées d’acquérir le logement de leurs rêves, investissant toutes leurs économies dans des projets qui, souvent, ne voient jamais le jour. Elles se retrouvent entraînées dans de longues batailles juridiques contre de puissants promoteurs.

Cités fantômes

L’Inde, troisième plus grande économie d’Asie, à la croissance la plus rapide du monde, a connu un boom de la construction ces dernières années.

Des promoteurs immobiliers peu scrupuleux, en quête de gros profits, rognent souvent sur les coûts de construction, en toute impunité, et capitalisant sur la faiblesse de la réglementation.

Les entreprises construisent souvent des étages ou des tours supplémentaires et utilisent des matériaux de qualité inférieure, tandis que les fonctionnaires sont soudoyés pour fermer les yeux.

Quand ils ne respectent pas la loi, les constructeurs s’en tirent souvent avec des pénalités et abandonnent tout simplement les chantiers inachevés.

Dans les banlieues de Delhi, à Noida et Greater Noida, on estime que plus de 100 tours résidentielles ont été ainsi abandonnées, donnant à ces zones l’allure d’affreuses cités fantômes, défigurant le paysage.

En 2020, quatre tours de luxe dans l’État méridional du Kerala avaient été abattues, pour infraction à des règles environnementales.

Cependant les démolitions sont rares en Inde.